Recommandations pour réduire les risques d’infection COVID pour les MERM

Partager :

Alors que la tomodensitométrie (TDM) thoracique est devenue l’examen de référence dans le diagnostic de COVID-19, les Manipulateurs d’ÉlectroRadiologie Médicale (MERM) impliqués deviennent des personnels soignants à haut risque.

Dans une étude publiée dans l’European Journal of Radiology, une équipe de MERM chinois a élaboré des recommandations de bonnes pratiques afin de préserver la Santé de leurs collègues dans le cadre de la prise en charge scanographique des patients COVID+. Ces conseils peuvent évidemment être suivis dans d’autres services de radiologie pour réduire le risque d’infection. Les auteurs ont, à cette occasion, listé les moyens qui pourraient permettre aux MERM d’éviter la contamination.

Pour surveiller la santé des MERM tout d’abord, ils préconisent d’effectuer une surveillance de l’exposition professionnelle au COVID-19 ou d’éventuels symptômes. Si une exposition est suspectée ou si des symptômes sont présents, ils devraient subir des tests sanguins, un scanner et des tests de réaction en chaîne par polymérase en transcription inverse (RT-PCR).

L’organisation de l’unité de scanographie est ensuite abordée. Un service de radiologie de l’hôpital de Tongji a divisé ses 18 MERM en trois équipes affectées à la TDM thoracique et de la radiographie mobile (quatre en TDM et deux en radiographie). Chaque membre de l’équipe travaille jusqu’à six heures par jour, puis est hors service pendant 24 heures (c’est-à-dire qu’un membre de l’équipe travaille de 6 h à 12 h, puis se présente le lendemain pour travailler de 12 h à 18 h). Ce rythme de travail réduit l’exposition au virus, mais assure également un repos suffisant.

Concernant l’environnement de travail, il s’agit de mettre en place un scanner dédié aux patients infectés, ainsi qu’un parcours pour les patients de la zone d’attente au scanner comprenant une zone « contaminée », une zone « potentiellement contaminée » et une zone « propre » ainsi qu’un parcours spécifique aux MERM pour le passage des zones propres aux zones contaminées et vice-versa.

Les recommandations font état, par ailleurs, d’équipements de protection individuelle (EPI) appropriés pour les MERM du scanner qui doivent porter calot de bloc, masque, lunettes de protection, blouses d’isolement et couvre-chaussures, auxquels on ajoute, pour ceux qui interviennent en radiologie mobile, un écran facial.

Enfin, pour désinfecter la salle d’examen, ils préconisent d’éteindre les climatiseurs centraux et d’utiliser un purificateur d’air dans la salle de contrôle. Les zones contaminées et potentiellement doivent être traitées par lampes ultraviolettes, utilisées pendant une heure deux à trois fois par jour. Les surfaces des salles de la salle d’examen doivent par ailleurs être essuyées avec une solution d’eau de Javel, tandis que le scanner est nettoyé avec une solution d’éthanol à 75%.