Manipulateur d’électroradiologie médicale : une profession (toujours) dévalorisée

Partager :

Dans une dépêche de l’APM en date du 28/12/2021, le Premier Ministre Jean Castex (1) déclarait, à propos des services de soins critiques, qu’ils « exigent une qualification et un technicité tout à fait forte », « la difficulté de cette tâche peut nuire à l’attractivité  de ces services ».

En faisant allusion au rapport de l’IGAS qui doit paraître prochainement au sujet de ces services, le gouvernement annonce : « Je le dis tout de suite, l’intention du gouvernement est de suivre les orientations de ce rapport. Il s’agit de revoir et d’améliorer l’attractivité, la formation, la qualification, les conditions d’exercice professionnel dans les services de soins critiques. Il s’agit également de reconnaître la technicité de celles et ceux qui y travaillent ». Une prime de 100 euros par mois sera, dans ce cadre, attribuée à ces personnels à partir de janvier 2022.

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette valorisation, même si elle peut paraître corporatiste. Quid des aides-soignants ou des autres professionnels paramédicaux confrontés aux mêmes spécificités de ces services ? A propos des annonces du 1er Ministre, si nous remplacions simplement le terme « services de soins critiques » par « services d’imagerie ou de radiothérapie », les manipulateurs d’électroradiologie (MERM) pourraient se croire enfin entendus. Mais à ce jour, il n’en est rien!

Il est donc normal que le désarroi et la colère des manipulateurs grandissent, quand un autre rapport de l’IGAS les concernant et datant de février 2021 recommandait de « Supprimer la différence de rémunération avec les infirmiers de soins généraux, liée à la prime Veil, dans le cadre de la refonte du régime indemnitaire de la fonction publique » (2). Il est en effet étonnant, même indécent, de voir qu’une augmentation de traitement anticipe un rapport lorsqu’il s’agit de la profession infirmière, alors que nous concernant, 10 mois après la sortie d’un rapport public écrivant enfin noir sur blanc qu’une inégalité existe entre MERM et IDE, nous ne voyons toujours pas de régularisation.

Il est par conséquent choquant que les MERM ne se voient toujours pas attribuer la prime Veil, alors qu’il s’agit juste d’un rattrapage et non d’une augmentation en tant que telle, tandis que des revalorisations sont accordées aussi facilement à d’autres corps professionnels. Pourquoi existe-t-il une telle différence dans l’intention de suivre les orientations du rapport IGAS consacré aux MERM ?

Le 21 décembre 2021, lors d’une réunion, Le CNPMEM a demandé au Ministère des Solidarités et de la Santé d’appliquer la recommandation n°13 du rapport IGAS et sollicitera à nouveau les services ministériels tant que cette inégalité persistera.

La profession de manipulateur est en tension depuis plusieurs années et il sera difficile, à moyen terme, de recruter autant de professionnels que de besoin (départs en retraite, autorisations d’équipements en hausse, manque d’attractivité, absence de perspective d’évolution, etc.), ce qui mettra en grande difficulté certains services et dégradera, encore un peu plus, la qualité des soins en imagerie médicale. Le peu de reconnaissance, voire l’absence de considération de la part de nos décideurs, ne pallieront en aucun cas les problèmes en ressources humaines à venir, bien au contraire ! Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas…

Joël Comte, Vice Président du CNPMEM.

  • (1) Castex Jean, 28 décembre 2021, « Les infirmiers de soins critiques toucheront une prime de « 100 euros par mois » à compter de janvier 2022 ; APM
  • (2) Carsin Charlotte, Meunier Alain, Février 2021, Manipulateur en électroradiologie médicale : un métier en tension, une attractivité à renforcer ; Recommandation n°13, IGAS