L’Identité Nationale de Santé devient la base de l’identitovigilance

Partager :

L’Identifiant national de Santé est remplacé, depuis le 1er janvier 2021, par l’Identité nationale de Santé (INS).

L’INS provient des bases nationales de référence et comprend le matricule INS (Numéro d’Identification au Répertoire des personnes physiques de l’individu) qui renseigne sur le nom, les prénoms, la date de naissance, le sexe ainsi que le lieu de naissance. Pour la grande majorité des usagers, le matricule INS correspond au numéro de sécurité sociale utilisé pour le remboursement des soins ou à celui des parents pour les enfants.

L’INS est une identité de référence gérée par l’INSEE qui permet un référencement fiable des données de santé mais qui nécessite la mise en œuvre de nouvelles procédures à l’accueil des patients dans les centres d’imagerie médicale, notamment la vérification de la pièce d’identité du patient. Cette évolution nécessaire pour uniformiser les identités patients et améliorer l’identitovigilance était une priorité du Ségur numérique.

C’est dans ce cadre que la Société Française de Radiologie (SFR) et la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) s’associent à la campagne de communication « Bien identifié⸱e, bien soigné⸱e » lancée par le Ministère via l’Agence du Numérique en Santé (ANS). Des messages pédagogiques dédiés seront ajoutés aux convocations ou aux comptes rendus et une affiche a été réalisée pour être disposée dans les salles d’attente des centres d’imagerie médicale, afin d’informer les patients de cette évolution.

Environ 100 solutions numériques sont désormais labellisées Ségur et respectent donc les exigences associées (référentiel INS, référentiel national d’identitovigilance RNIV, guide d’implémentation et guide d’intégration du téléservice INSi). L’ANS rappelle en outre que les ARS, les GRADeS et la DCGDR coordonnent des plans d’action régionaux pour accélérer encore ce déploiement, avec un objectif global que l’INS soit portée dans au moins 80% des communications entre acteurs de santé d’ici fin 2022.