Recherche

Les manipulateurs sont-ils conviés à participer au Programme hospitalier de recherche en soins infirmière et paramédicale ?

Le programme hospitalier de recherche en soins infirmière et paramédicale (PHRIP) vise à financer des projets de recherche comportant une investigation systématique conçue pour améliorer les connaissances et les pratiques liées aux soins et à l’exercice professionnel des auxiliaires médicaux. Le but de ce programme est de fournir aux équipes hospitalières et aux décideurs des connaissances contribuant à l’amélioration des soins et des pratiques professionnelles des auxiliaires médicaux dans les établissements de santé et permettant également d’appréhender l’impact des changements des pratiques.  Les projets doivent relever d’une recherche dans le domaine des soins paramédicaux, de leur organisation et/ou de leur management : justification scientifique du projet, hypothèses et objectifs du projet, population concernée, critères de jugement, modalités de l’étude statistique, méthodologie mise en œuvre. Les projets sont financés sur une durée de trois ans.

Le programme hospitalier de recherche infirmière a été mis en place en 2010, puis étendu aux auxiliaires médicaux en 2011 : masseur-kinésithérapeutes, pédicure-podologues, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, manipulateurs d’électroradiologie médicale, techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunettiers, prothésistes et orthésistes pour l’appareillage des personnes handicapées et diététiciens.

Parmi les 21 dossiers sélectionnés par le ministère de la santé en 2011, un projet de recherche(1) mené par un manipulateur de médecine nucléaire, et toute une équipe pluridisciplinaire du Pôle Imagerie du CHU de Bordeaux et du CH de Bayonne, a été retenu. C’est le premier PHRIP manipulateur de notre histoire et à priori le seul pour l’année 2011.   La réussite de ce projet témoigne de la dynamique et de l’engagement  des équipes de professionnels et de l’émergence d’une nouvelle culture scientifique pour les manipulateurs.

(1)  Impact du positionnement du dosimètre extrémités sur le suivi dosimétrique des opérateurs au cours de la préparation du 18FDG pour les examens en Tep-TDM

Pour en savoir plus :

Le Manipulateur d’imagerie médicale et de radiothérapie – n° 200 de juillet-août et n° 201 de septembre 2011

http://www.sante.gouv.fr/programme-hospitalier-de-recherche-en-soins-infirmiers-et-paramedicaux-phrip.html

Commission Réglementation et Imagerie Médico-Légale