La profession se mobilise pour les indemnités des étudiants MERM

Partager :

Alors que les étudiants infirmiers et les élèves aides-soignants se sont vus réévaluer les indemnités de stages par la Ministre du travail, les étudiants manipulateurs sont une nouvelle fois les oubliés de cette mesure. L’AFPPE et le Comité d’harmonisation des formations ont réagi par courrier.

Les établissements de santé de la région Grand Est sont, depuis quelques semaines, soumis à une charge de travail exceptionnelle, cette région étant la plus impactée par la pandémie e COVID-19.

C’est dans ce cadre que la ministre du Travail, Muriel Penicaud a décidé de mobiliser une enveloppe de 11 millions pour venir en aide aux élèves-infirmiers et élèves aides-soignants pour renforcer les équipes de personnels soignants. 6 600 élèves-infirmiers et 1 600 élèves aides-soignants en formation sont ont été appelés à se manifester leur désir de prendre part à cette opération, moyennant des indemnités de stage réévaluées à 1400€ par mois pour les étudiants infirmiers et 1000€ par mois pour les élèves aides-soignants.

Une nouvelle fois, les étudiants Manipulateurs d’ÉlectroRadiologie Médicale (MERM) sont les oubliés des tutelles, eux qui œuvrent sur le terrain en soutien des professionnels qualifiés. Un oubli qui confirme le manque de reconnaissance des MERM et qui les relègue au statut de soignants de seconde zone. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir le Président de l’AFPPE, Fabien Voix, et la Présidente du Comité d’harmonisation des formations de MERM. Ils ont, tous deux élaboré un courrier, le premier à l’attention du Directeur Général de l’ARS Grand-Est pour défendre les étudiants MERM dans ce dossier, la seconde à l’attention du Président de la Région et au Directeur Générale de l’ARS des Hauts-de-France pour les sensibiliser sur la prise en considération de l’ensemble des métiers paramédicaux.

Voici, ci-dessous, le contenu de ces lettres dont on espère qu’elles feront évoluer les mentalités des responsables sanitaires.